jeudi 19 juillet 2018


C’est terminé
On n’arrive pas
A savoir quand
Mais c’est terminé
On oublie l’histoire comme on perd  à la loterie
On tourne la page beaucoup
Et la mer
Surtout la mer
Chaque parfum qui nous lie
Brutal oubli
Marbre écho
Il faut fermer les yeux pour effacer
Pour ne pas être paralysé dans le souvenir
Alors c’est obtenu c’est fini
Cruelle absence court silence ma boussole est devenue folle
Et soudain j’entends l’éclat de mon rire

Texte M@claire© Droits Réservés




vendredi 13 juillet 2018


Je suis encore arrivée en retard
Comme toujours c'est mon habitude
Il ne m'attendait pas
Le mur était tapissé de livres
J’étais là en plein milieu des mots
Presque gênée  un peu mais pas tant
Nous avons fait comme si de rien
Le vent s’est levé le chat s’est faufilé
Il a pris le livre un cadeau
Je n’ai jamais su s’il l’a lu plus loin que la dédicace
Il a dit merci il faisait déjà nuit
La lumière s’enfuyait une fleur s’est fanée

C'est là que j’ai su qui je n’étais pas

Alors il est venu aussi il était presque à l'heure
Je ne saurais jamais si c’est son habitude
Je l’attendais le nez collé aux vitres
Dans un étonnement dissimulé
Mes pensées dansaient tout autour
Ses lèvres étaient salées malgré le voyage
Il n’a jamais vraiment été question de nous deux
Nous étions trop nombreux je sais compter
Nous avons dû inventer je n’ai jamais fait semblant
Pendant que le silence esquissait des pas
La nuit est venue comme un cadeau puis à l'aube
La neige fondait au dehors j’ai pris froid

Je crois que le café était trop fort quelques jours après j'ai choisi Venise


Texte M@claire© Droits Réservés









mercredi 11 juillet 2018



Résolutions du jour:

1-
Il y a un papier, pas encore froissé, sur le coin d'une table.
Je vais le déchirer.
Je le connais par cœur.


2-
Il y a un papier, froissé, sur le coin d'une table.
Je ne le déchirerai pas.
Je vais l'apprendre par cœur



Texte M@claire© Droits réservés


lundi 9 juillet 2018

Il faudra laisser le temps faire un peu de place
J'en ai fait des listes sur des cahiers éphémères 
Recouverts de fleurs parfumées que l'on remercie 
En oubliant de fermer la fenêtre tout en semant les rires
Et lorsque tu viendras à la maison c'est dès le seuil 
Que tu enlèveras tes chaussures à l'ombre du bougainvillier
L'odeur du bois de santal mêlé au musc te préviendra
Sur la vie cette ébauche fragile où l'on atteint dans l'épure parfois
La source de nos cœurs dans un souffle de douceur
Comme une lumière ardente sur un autre Gange

Texte et Photo M@claire© - L'Ashram  - Droits Réservés 


dimanche 8 juillet 2018

Faire un gâteau
Fariner les mains sans oublier d'ajuster le tablier
Étaler la pâte arrondir les bords
D'un geste relever les cheveux qui chatouillent
Découper les abricots bien mûrs
Danser une ronde tout autour du plat
Saupoudrer légèrement
Vaniller le tout
Faire cuite doucement
Laisser refroidir
Prévoir de servir avec un verre pétillant
Refaire le monde jusqu'à très tard dans la nuit

Texte M@claire© Droits Réservés


mardi 3 juillet 2018



Ma contribution à la Revue en ligne "Lichen-Poésie"
dans le numéro 28 de ces mois de juillet et août 2018.

Merci à Elisée Bec son directeur de publication

https://lichen-poesie.blogspot.com/p/marie-claire-chouard_26.html

samedi 30 juin 2018



Avec cette envie de ne pas avoir entendu les mots que tu as menti. C’est dans le bleu du ciel, le chant de l’oiseau s’est évadé. Nul poids ne pèse plus vraiment même si parfois tu me frôles lourdement dans un hier grimé d’amour. Il y a de la couleur dans mes respirations. Il flotte une douceur sucrée c’est un matin d’été, plus tard on mangera de la tarte à l’abricot. Je reviens du marché, c’est une saison basilic, celle que je préfère. N’oublie pas de bien regarder dans tes bagages.Tu as oublié un essentiel.

Texte M@claire© Droits Réservés


vendredi 29 juin 2018

Le ciel et la mer ne sont pas un enjeu
Surtout une rare élégance déclinant d'indescriptibles bleus
A peine un souffle vif psalmodié comme mon mantra du jour
Non, la vraie chamade vient de mon cœur
Je suis toujours en retard tant je pense n'être jamais attendue
Il est temps



Texte  et Photo M@claire© Droits réservés













dimanche 24 juin 2018



Tant de liens et de regards pour arrimer nos vies
Dans nos centres les plus vifs
Savoir que l’impératif est là
Et qu’en respirant nous aurons notre mémoire
Un jour à vive allure à pente douce
Le plus tôt possible comme pour le plus loin
Tout peut être ce jour plutôt que demain
Ligne courbe nœud refait comme défait
Quand je cesserai de m’inquiéter
Donne moi de tes nouvelles


Texte M@claire© Droits Réservés


vendredi 22 juin 2018

Oh cette envie de fouler l’herbe pied-nus
Et monter au jardin comme on part en croisade
Quand la nuit s’approche dans ces heures satinées
Où les rires sont à peine étouffés
Tant complices du soir intime qui s'annonce déjà
A peine cette douceur comme seule constance
Bien plus tard gribouiller des mots comme vague à l’âme
Une senteur de myrrhe envahissante s’éprendra de mes cheveux
Elle me fera caresse  effaçant les chagrins
Très tard plus loin mes yeux se fermeront
La nuque endolorie
Éblouie de sommeil


Texte M@claire© Droits Réservés